Vie privée vs big tech

0
96
La dernière mise à jour, IOS15, offre aux utilisateurs le choix d’accepter, ou non, le tracking de ses données entre sites et applications pour les pubs, par un simple pop-up. Plus besoin d’activement chercher dans les réglages…
Sans surprise, en moyenne 62% refusent et cela a des conséquences sur les revenus de vos applications favorites.
En refusant, par exemple vous n’aurez plus des pubs pour des lampes partout si vous allez sur Amazon regarder des lampes, car Amazon ne pourra plus partager vos informations aux autres sites. Par contre Amazon pourra garder ces informations et vous faire la pub sur leur site ou application.
Le ad tracking
Il s’agit d’un outil de suivi en ligne, cela permet d’analyser le comportement et le parcours des utilisateurs. Cela permet aussi d’analyser la performance d’une publicité, savoir le nombre de personnes l’ayant vue, ayant cliqué ou mis un objet dans le panier.
Par exemple :
Il est ainsi possible de savoir que 56% des personnes ayant acheté des nouilles chinoises sur amazon par paquets de 100 sont des hommes seuls, fonctionnaires ou moniteur d’auto-école, entre 40 et 60 ans, avec entre 1 et 10 chats, fan de Star Wars ou Star Trek ou Battlestar Gallactica.
Dans le jargon marketing, ce profil est appelé “les hommes à chats” (HAC).
Localisation, sexe, habitudes, diplôme, passe-temps… sont autant de critères qui permet aux pubs de viser (targeter) les gens (la target) qui pourraient être intéressés par un produit.
Le tracking permet de faire des pubs sur internet à des personnes selon un filtre très précis, seuls les gens intéressés seront visés. La pub est donc plus efficace et moins chère.
Un HAC, par exemple, aura des pubs, vers la Saint-Valentin, sur le fait de devoir célébrer son célibat avec un sabre laser faisant de la lumière à $1000 ou montrer son bonheur en offrant des nouveaux vêtements à ses chats. Imaginez diffuser ces publicités sur le téléphone d’une jeune étudiante en droit ou marketing, ce serait de l’argent jeter par les fenêtres.
Les revenus chutent
Les professionnels du marketing parlaient d’apocalypse, et en effet pour certaines entreprises les revenus ont fortement baisser.

Snapchat par exemple a perdu presque 25% de sa valorisation en bourse après l’annonce. Ils ont également raté leurs résultats de presque $3 millions.

Facebook (Meta dorénavant) a également été touché, pour l’instant l’impact se limiterait à l’arrêt de la croissance de revenus publicitaires. Facebook bénéficie aussi d’entreprises comme wish qui… target plutôt large dans leurs campagnes publicitaires. Si vous avez 2 minutes… jetez un oeil ici.
Brian Bowman estime que c’est entre 15% et 35% de revenus qui sont perdus pour les applications mobiles.
Certaines entreprises sont moins affectées parce qu’elles ont développé leurs propres systèmes de publicités.
Alphabet, la maison mère de Google et Youtube a été moins affecté par les changements, principalements grâce aux utilisateurs Android et sur ordinateur.
Twitter a aussi eu un impact assez faible, principalement car ses pubs ne sont pas autant targetées, 85% de leurs pubs sont pour faire connaitre une entreprise.
Enfin Amazon semble même sortir gagnant de la situation. Certains annonceurs délaissant Apple pour aller chez eux pour allouer leurs budgets.
Pourquoi faire ça ?
Apple ne gagne pas autant par la pub que leur concurrent Android (= Google), Facebook etc. Leurs revenus proviennent du App Store (nos articles ici et ici), des iphones, des Airpods…
Mettre en place cette option coûte peu cher, fait beaucoup de pubs et donne une image positive, Apple est vu comme protégeant ses clients contre les méchantes pubs.
Autre argument, très peu discuté, c’est que cela n’empêche pas Apple de collecter les données et les utiliser pour vendre des pubs.