Les voitures volantes

  • Reading time:3 mins read
  • Post category:Technologie
Les voitures volantes

Dans l’imaginaire collectif, la voiture volante est la rupture avec “le futur”. Il y a des voitures volantes : PAF on est dans un film de science-fiction, à la 5e élément. 

 

Aujourd’hui on ne parle plus de voiture volante, mais d’aéronefs électriques à décollages et atterrissages verticaux (eVTOL).

 

Les ambitions

 

Uber voulait révolutionner les transports en développant les voitures autonomes (division revendue à Aurora) et les taxis volants (division revendue à Joby). Ils ont fini par se rabattre sur les hélicoptères avec Uber Copter.

 

La différence entre les start-up encore dans la course des eVTOL et Uber est l’ambition d’avoir des véhicules électriques et autonomes.

 

Joby, qui a déjà une valorisation de $2 milliards, a pour ambition de proposer ses premières courses en 2024 à un prix concurrençant les hélicoptères classiques, autour de $6 / km, puis sans pilote à un prix concurrençant Uber, autour de $2 / km.

Comme pour les taxis, le secret des eVTOL abordables est de supprimer le pilote.

 

La Chine, éternelle concurrente, a aussi beaucoup de start-ups sur le sujet. E-hang par exemple, ses premiers essais de vols autonomes étaient en 2016, ils développent le service à Guangzhou et ont déjà fait une démonstration à Vienne (Autriche) de ses eVTOL.

 

Les défis

 

Sans surprise, les régulateurs sont très loin d’offrir un cadre légal pour des voitures volantes autonomes à batterie.
Si pour les voitures autonomes la législation accompagne (plus ou moins) la technologie, les risques d’une voiture autonome ne sont pas les mêmes qu’un ou plusieurs eVTOL dans le ciel. Une erreur ne serait pas une voiture qui s’arrête mais un véhicule qui s’écrase, potentiellement sur des habitations.

 

Outre la régulation, il y a aussi les défis industriels, pour atteindre des prix si bas, il faut une production de masse, bien plus importante que la production d’avion actuelle.  

 

Enfin, il y aurait un défi d’infrastructure, où récupérer et déposer les clients et charger. Les eVTOL auront besoin de Vertiport, des plateformes de 20 mètres de diamètre, pour opérer, ce qui pose également le problème de place en ville.

 

 

Pour finir, les eVTOL ont clairement un avenir … pour remplacer les hélicoptères: transports vers les aéroports, transports de patient en état d’urgence, visites touristiques.

Pour le reste… on aura probablement pas les grèves de taxis parisiens contre les eVTOLs de sitôt.