Les data brokers

  • Reading time:4 mins read
  • Post category:Nouvelle Economie
You are currently viewing Les data brokers

Aujourd’hui nous parlons d’une situation aux USA. Nous décidons d’aborder les data brokers pour vous permettre d’imaginer une situation où la régulation serait bien plus laxiste. Et aussi parce que s’il y a la RGPD en Europe, c’est très loin d’être infaillible. Les nombreuses condamnations en témoignent.

Encore un cookie ?

Comme toutes les bonnes histoires, tout commence avec un cookie.

Quand vous allez sur un site, le site installe des cookies sur vos appareils.

Normalement ils servent à vous connaitre et sauvegarder les quelques informations que vous avez fournies au site, comme votre panier par exemple.

 

Mais les cookies peuvent faire beaucoup plus et servir de petits espions.
Ils peuvent collecter votre adresse IP, l’appareil, la langue, la localisation, vos recherches, les sites visités, le temps sur chaque site…

 

Et alors ?

Les plus dociles diront qu’ils n’ont rien à cacher et que grâce à ces cookies ils auront des pubs trop cool.

Ils ajouteront probablement qu’ils aiment les pubs, que la pub c’est beau et c’est bien…

Jusqu’au jour où les pubs seront sur la repousse de cheveux ou des problèmes … de “performances”.

 

Néanmoins, même sans avoir rien à cacher, vos informations et vos recherches peuvent être utilisées contre vous.

Si nous n’avons aucune idée comment utiliser nos données, il y a des entreprises qui y donnent du sens et les monétisent.

A vos dépens.

 

L’autre problème est à quel point vos données sont collectées.
Par exemple, Super Bright Led Flashlight, une application gratuite qui permet d’allumer le flash du téléphone, revendait toutes les informations, dont la localisation, à des data brokers.

Si c’est gratuit… c’est vous le produit.

 

Les Data Brokers

 

Il s’agit de ceux qui collectent et revendent vos informations, souvent sous forme de liste. Le plus inquiétant et que les listes peuvent cibler les vulnérabilités. Par exemple, des problèmes médicaux comme la dépression, pour vous vendre des pillules aussi magiques que chères. Ou alors des difficultés financières, divorces, décès de proches etc…

 

Quelques idées de listes pour vous aider à visualiser :

  • Musk fanboys célibataires, chauves et en surpoids
  • Mamans qui aiment le merlot
  • Retraités qui détestent leurs petits-enfants

 

Les trois listes doivent être très longues. Très très longues.

 

Ces listes peuvent être revendues à n’importe qui, des professionnels du marketing ou des particuliers.

 

Théoriquement, les données sont anonymisées, mais avec quelques métas données (localisation, âge, sexe…) il est assez facile de retrouver une identité.

 

Les risques

 

La situation peut vite déraper, par exemple des informations de victimes de violences conjugales ont été retrouvé sur des listes.

Il est aussi très facile de trouver qui fait des recherches sur l’avortement et/ou va à des cliniques d’avortements, ce qui peut poser de gros problèmes dans le contexte actuel aux USA. Motherboard rapporte des listes de personnes qui sont aller dans les cliniques, le temps dans les cliniques et le lieu visité avant et après.

 

Pour finir, les autorités américaines peuvent également racheter ces informations, pour des enquêtes ou des déportations. Acheter ces informations permet de détourner les restrictions juridiques à la surveillance. Interdit de surveiller, mais acheter vos données à une entreprise privée: no problemo !

 

Dernier exemple: l’application Muslim Pro revendait les informations, qui étaient finalement rachetées par le gouvernement américain.

 

 

 

Cet article est inspiré de Last Week Tonight de John Oliver.