L’E85, c’est … bien ?

0
101

Le prix de l’essence n’arrête pas de monter, Macron offre 15 centimes après avoir annoncé sa candidature (heureuse coïncidence), les ventes de voitures électriques explosent et de plus en plus de voitures essences sont vendues “E85 ready”.

 

Mais c’est quoi en fait l’E85 ?

 

Side note : ne vous habituez pas aux belles intros avec ouverture etc… C’était juste un coup de chance cette fois-ci.

 

Le bioéthanol

 

L’E85 est un carburant avec jusqu’à 85% de bioéthanol et 15% d’essence classique.

 

Il est créé à partir de saccharose ou d’amidon (canne/ betterave à sucre ou blé/maïs). Il est souvent labellisé comme “vert” car principalement d’origine organique: on fait pousser son essence en France.

La France produit 1.2 milliard de litre d’E85 par an avec plus de 2 millions de tonnes de céréales, soit presque 4% de la production céréalière nationale.

 

Autre avantage : il y a moins de taxe dessus, donc il coûte vraiment moins cher (0.70€/litre  en moyenne).

Pour info, le sans plomb 95 est taxé à 0.68€ par litre et l’E85 à 0.11€ par litre.

 

Dernier avantage pour le “carburant renouvelable”: en analysant le cycle de vie, l’industrie déclare économiser 1 million de tonnes de CO2 par an par rapport à du SP95, soit une réduction de 90% des émissions.

 

La voiture écologique ne serait peut-être pas la voiture électrique mais les voitures roulant au maïs ?

 

Vraiment écologique ? 

 

Commençons par les chiffres.

Si la production semble déjà conséquente, remplacer la consommation française par l’E85 demanderait bien d’efforts.
La France a consommé 42 milliards de litres en 2020 (une baisse de 15% avec les confinements COVID), dont 75% diesel.

Pour remplacer la consommation d’essence, il faudrait multiplier par 8 la production, soit presque 40% de la production de céréale Française dédié à nos voitures.

 

En France, un rapport de “Canopée” dénonce les problèmes et les gros impacts sur l’environnement.

Mais un autre rapport, publié par la National Academy of Sciences (USA), va plus loin dans les accusations. Il dénonce l’E85 comme plus polluant que l’essence classique.

Le rapport annonce que l’E85 à base de maïs est 24% plus polluants et aurait fait augmenter le prix du maïs de 30%. 

 

Conclusion

 

Soyons sincère: ceux qui achètent de l’E85 sont rarement motivés par le côté écologique. C’est, à la limite, un bonus, mais sans plus.
Les gouvernements, par contre, sont contents de pouvoir montrer leur effort et effacer ces tonnes de CO2.

 

Il est difficile de savoir la vérité, d’autant plus que des deux côtés beaucoup de lobbys peuvent influencer et polluer l’espace avec de fausses informations (industrie automobile, pétrole, agriculture…).

 

 

Une chose est sûre: le litre d’essence le plus écologique est celui qui est encore dans la pompe.