La protection de la jeunesse

0
75

Nous avions déjà parler des méthodes plutôt brutales de la Chine quand ils légifèrent dans cet article avec notamment l’interdiction au entreprise de tutorat de générer des profits.

Aujourd’hui nous élargissons un peu la discussion à la protection des mineur face aux réseaux sociaux et aux jeux.

En Asie

La chine avait imposé depuis quelques temps à Tencent (éditeur de jeux mobiles) de limiter le temps de jeux pour les mineurs à 1h maximum en jour de semaine et 2h le weekend. Aujourd’hui c’est une limite à 3h par semaine maximum qui a été imposé. Il est aussi demandé aux éditeurs de limiter les options “addictives” dans leurs jeux.
Les restrictions peuvent probablement être contourné, mais c’est tout de même un signal fort que le gouvernement envoi.

À l’inverse, la Corée du Sud vient d’annoncer la fin de la loi qui interdisait au mineur de jouer entre 00.00 et 06.00.
En Corée du Sud, pour jouer en ligne (sur PC) il faut renseigner son numéro de sécurité sociale, vérifiant ainsi l’age. Avec le développement des smartphones et consoles la loi n’avait plus de sens.
Et les géants américains ?
Il semblerait que l’approche Européenne et Américaine est plutôt de laisser les entreprises décider.
Facebook
Facebook développe “Instagram Kids”, afin d’augmenter la protection des mineurs.
Clairement, cela va dans le sense opposé de la Chine, non pas limiter l’accès ou le temps d’usage mais le rendre plus sécuriser et rassurer les parents pour laisser les enfants s’habituer à Instagram, un peu comme un Happy Meal Bio.
Face à la pression ils ont du également instaurer des limitations pour moins de 16 ans.
Des mesures draconniennes ont été mis en place:
  • l’interdiction aux adultes d’envoyer des messages aux enfants qui ne les aurait pas solicité,
  • les comptes seront par défaut privée,
  • cerise sur le gateau, un petit livret de 50 pages pour expliquer aux parents comment utiliser Insta de façon sécurisé.
Google
Google implemente de nouvelles mesures sur Google et sur YouTube:
  • mettant par defaut des notifications de repos
  • désactivant la lecture automatique à partir d’une certaine heure
  • Youtube va aussi intervenir sur les vidéos trop “commercial” (unboxing de jouet ?)
Les limites
Si le prédateur dit à Insta qu’il a 14 ans … c’est foutu, ou si l’utilisateur youtube change les paramètres par defaut… tant pis.
Comment attendre des entreprises qui ont pour raison d’être d’avoir des profits et qui sont dépendante des revenus générés par leurs apps d’augmenter de couteux contrôles et vérifications ?