La COP26

  • Reading time:2 mins read
  • Post category:Ecologie / Newsletter
La COP26
Si lundi était pour vous synonyme de glandouillage, c’était aussi le lancement de la COP26 à Glasgow, nous en profitons pour revenir à l’origine et les défis.
L’origine de la Conférence des parties (COP)
La 1ère COP date de 1995 et l’objectif était de réunir les pays pour organiser les changements nécessaire afin de limiter l’augmentation des températures à +2°.
Le premier grand accord obtenu grâce à la COP, c’est l’accord de Kyoto, mais il n’était valide que jusqu’en… 2015, date à laquelle l’accord de Paris fut signé.
La COP26
La COP26 est la première à faire l’état des lieux des différents engagements depuis la COP21.
Si les Accord de Paris fixe un cap et un objectif, maximum +2°, comment y arriver n’est pas clair et chaque pays trouve (plutôt cherche) sa voie.
Selon le dernier rapport du GIEC, les engagements actuels des Etats mènent vers +2.7° en 2100 et +1.5° en 2030.
Parmi de nombreuses questions, la conférence doit :
  1. clarifier le “prix carbone” ou la mise en marché du carbone
  2. comment calculer les emissions / contrôler les changements et évolutions
  3. apporter des réponses aux financements pour les pays en développement
  4. les problèmes de l’indemnisation des pays pauvres subissant les conséquences du réchauffement.
Il faut aussi réussir à se mettre d’accord sur les réductions des émissions, car il y a une forte inégalité entre les pays.
Les pays riches ont déjà tiré profit de la pollution et leur économie est beaucoup basée sur la consommation et les services, la transition est plus facile pour eux. Les autres par contre sont pénalisés de ne pas pouvoir polluer autant et gratuitement pour se développer.
Il est difficile de les freiner dans leur croissance quand ils ne sont pas autant responsables du problème.
Nous vous ferons un retour lors de la fin de la COP26 si des résultats et engagements significatifs sont atteint, la COP se terminant le 12 novembre, mais avec l’absence de la Russie, la Chine et la Turquie, la conférence part déjà handicapée.
Pour l’occasion, Blablacar a lancé un service de co-avionnage pour les participants (environ 30 000 personnes), mais sans grand succès.