Fake News

0
90
Fake news newspaper concept isolated on white. EPS 10 file. Transparency effects used on highlight elements.
Nous avons comme un pressentiment qu’en France, l’information va être plutôt malmenée ces prochains mois… pas uniquement minée par certains candidats, mais aussi potentiellement par des gouvernements extérieurs ayant intérêt à voir la France aller vers un gouvernement anti-européen (Russie👀) ou certains journaux à la chasse à l’audimat.
Nous vous dédions donc un petit article à propos des intox.
Pourquoi “intox” ? Parce que à chaque fois que nous écrivons “fake news”, nous entendu Trump hurler FAKE NEWS, et c’est très fatigant. La vidéo a l’appui.
Les intox
Les Intox, ou fake news, ou “ragot” selon l’académie française 🤦‍♂️, sont des informations fausses et fabriquées qui ont pour objectif de manipuler, tromper, polariser, déstabiliser la population.
Les intox ont toujours existé, mais avec l’effet croisé de l’augmentation de l’utilisation des réseaux sociaux et de la baisse de consommation de journaux, l’influence des intox a explosé. Si aujourd’hui les réseaux essaient de combattre les intox, il n’y a pas longtemps les algorithmes mettaient les intox en avant.
Il y a plusieurs raisons pour lesquelles les intox rencontrent un grand succès sur les réseaux :
  1. Les intox poussent les réactions, positives ou négatives
  2. Il y a beaucoup d’informations disponibles, le biais de confirmation pousse les gens à valider leurs croyances, ou ce qui “semble” vrai. Ces informations utilisent l’instinct et l’émotionnel.
  3. Les utilisateurs croyant aux intox sont réconfortés par l’algorithme envoyant plus d’intox, les utilisateurs évitent la dissonance cognitive et c’est confortable pour eux.
  4. Les personnes engagées passent plus de temps sur l’application
  5. Si c’est gratuit, c’est vous le produit. Si Facebook est gratuit et s’ils ont gagné 85 milliards en 2020…
Les intox se propagent à l’opposé de vraie nouvelle. Si les nouvelles scientifiques sont reprises rapidement et largement par les journaux dès le début, les intox se développent lentement sur des sites peu connus, jusqu’à atteindre les réseaux et parfois être reprises par des personnes publiques. Elles commencent dans l’ombre puis collent une fois à la lumière, car elles sont reprises par la masse.
La loi de Brandolini la “quantité d’énergie nécessaire à réfuter les idioties est supérieure à celle qu’il faut pour les produire”. Opex360 continue l’argument “la crédulité prossède un avantage concurrentiel sur le marché cognitif”.
L’intox comme arme
Résultat ? Les fausses informations vont six fois plus vite que les vraies.
Aujourd’hui la menace est prise très sérieusement par les gouvernements, que ce soit l’OTAN ou le MIT qui font des études ou Florency Parly (ministre des Armées) qui parle de guerre cognitive.
Elle le résume ainsi : “la manipulation de l’information, de désinformation, de cybernétique, de psychologie, d’ingénierie sociale, de biotechnologies. La guerre cognitive, c’est la capacité à exploiter les vulnérabilités du cerveau humain.”
Pour conclure, le Royaume-Uni aura perdu £40 milliards à cause du Brexit d’ici 2022 (hors pertes liées au COVID). Les infox avaient joué un énorme rôle dans le vote du Brexit (source & source).