Erreur de Mastercard en votre faveur

0
73
Mastercard a l’honneur d’être poursuivi par la première “class action” de GB.
L’entreprise est accusée d’avoir imposé des frais illégaux (commissions interchanges) entre 1992 et 2008. Ces frais augmentaient les prix pénalisant les consommateurs.
Le premier montant réclamé par les plaignants a été rejeté par le juge, car les morts ne pouvaient pas être dédommagés, le montant est donc passé de $20mds à $14mds, pour redistribuer $400 à 46 millions d’Anglais.
Les commissions d’interchanges
Ce sont des frais que les banques et émetteurs de cartes imposent aux vendeurs acceptant leurs cartes.
Limiter le pourcentage évite que les banques poussent les consommateurs à utiliser des cartes avec des frais élevés en échange de récompenses. Peu importe les frais sur sa carte, le consommateur paiera le même prix, cependant plus les frais moyens augmentent, plus les prix augmentent pour tout le monde.
L’Europe fut la première à bouger limitant le pourcentage maximum des frais à 0.2%. Mastercard refusa de courber l’échine et ainsi commença la bataille judiciaire qui dura 16 années, jusqu’en décembre 2007.
Si l’Europe a jugé ces frais illégaux, cette plainte va plus loin demandant le remboursement des frais aux consommateurs.
C’est aussi la première plainte demandant le remboursement, mais elle peut mener à d’autre plainte en Europe.
Pourquoi les magasins n’ont-ils pas porté plainte eux-mêmes ?
La question est légitime, car si les consommateurs voyaient les prix augmenter, les petits magasins perdaient en compétitivité face aux grandes enseignes qui peuvent négocier.
C’est d’ailleurs probablement la raison, car si les commerçants ne peuvent pas négocier les frais à la baisse, ils ne peuvent pas non plus porter plainte contre un géant aux ressources presque illimitées comme Mastercard. Les grandes enseignes n’ayant pas besoin de porter plainte, car ils ont les meilleurs taux.